Bettina Rheims – just like a woman

Dovile

© Bettina Rheims. Courtesy Galerie Jérôme de Noirmont, Paris.

Située avenue Matignon, la galerie Jérôme de Noirmont accueille jusqu’au 15 juillet, la dernière série de Bettina Rheims, just like a woman .

Ex mannequin, puis journaliste et maintenant photographe, Bettina Rheims reste avec just like a woman, dans la lignée de ses précédentes séries, travaillant une nouvelle fois sur le nu féminin.

En effet, just like a woman met en scène 13 femmes, nues ou en sous-vêtements, allongées sur des tissus à motifs colorés, « chaque drap correspondant à une femme », nous explique le communiqué de presse de la galerie.

Just like a woman rappelle les nus posant devant les papiers peints chargés de motifs de sa série chambre close, mais ici, tous les modèles sont photographiés selon le même angle (du dessus) avec le même cadrage (plan américain) et le même éclairage.

Ces femmes, toutes assez jeunes, portent des marques rouges sur leur corps, des marques de vêtements ou d’accessoires (marque de glissière, de soutient gorge, de tee shirt, de corset).

Malgré l’apparente unité de la série, donnée par son côté formel, chaque photo raconte sa propre histoire car chaque femme dégage une émotion particulière, qu’elle transmet soit par le regard, soit par la position du corps.

En effet, certaines adoptent une position aguicheuse en offrant leur corps aux yeux des spectateurs, d’autres se cachent la poitrine dans un mouvement de pudeur, certaines sont dans une attitude expansive quand d’autres sont tout en retenue.

Avec cette série, Bettina Rheims nous livre son regard de femme sur les femmes d’aujourd’hui, un regard à la fois acide et tendre.

Il est vrai que ces portraits sont loin de la photographie de mode qui met en valeur son modèle, et mystifie la femme au point de la déshumaniser, de la désincarner ; ici, Bettina Rheims a choisi de mettre en scène de très jolies filles mais en tenant compte de la réalité et de la matérialité de leur corps en les représentant avec le maquillage qui coule, les ongles endeuillés, de la transpiration sur des aisselles mal rasées etc., certaines sont en sueur ou ont des rougeurs ostensibles sur le visages.

La sensualité que dégage ces photos, par leurs point de vue en plongée et la quasi nudité des modèles se mêle à une sorte de répulsion provoqué par ces petits détails, qui deviennent prédominants sur des tirages de grande dimension (155×125 cm).

Mais ce qui frappe le plus ce sont ces marques comme pyrogravées dans la chair des modèles.

Entre la cicatrice et l’empreinte d’un vêtement trop petit, ces marques sont comme les stigmates d’une féminité douloureuse et font immédiatement penser à l’iconographie religieuse, que Bettina Rheims a déjà réinterprété dans sa précédente série I.N.R.I., où elle retrace en photo les principales scènes de la Bible et de la vie du Christ réalisée avec la collaboration de Serge Bramly.

Comment ne pas penser à la référence religieuse à la vue de ces gisants érigés, de certains de ces regards comme proches de l’extase, de ces marques dont certaines reprennent presque la forme d’une couronne d’épine, sans oublier le nombre de tirages exposés qui se monte au chiffre 13 (nombre de personnes présentent lors de la Cène) ?

Doit on comprendre que ces femmes portent la croix des carcans de leur féminité ou s’épanouissent elles justement à travers eux ?

Je vous laisse décider en allant voir cette série ultra féminine qui a su créer sa propre esthétique entre violence et poésie.

Anaïs Montevecchi

Vanja

© Bettina Rheims. Courtesy Galerie Jérôme de Noirmont, Paris.

Anne-Sophie

© Bettina Rheims. Courtesy Galerie Jérôme de Noirmont, Paris.

Galerie Jérôme de Noirmont

36-38 Avenue Matignon
75008 Paris
tél : 01. 42.89.89.00
Du lundi au samedi de 11h à 19h
Entrée : gratuit.
Métro : Champs Elysées Clémenceau
20

2 comments on "Bettina Rheims – just like a woman"

  1. Pingback: Just like a woman de Bettina Rheims à la galerie Jérome de Noirmont | Paris Photographies

  2. oui, je confirme, une belle exposition à découvrir jusqu’au 16 juillet

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :