Chasseurs de l’Invisible

03

© D.Leriche-JM.Fickinger - Sibiri Samaké

L’équipe Fill-in vous recommande « Chasseurs de L’Invisible » Photographies de Dany Leriche et Jean-Michel Fickinger. Un coup de cœur Fill-in depuis un certain temps. Vous pouvez aussi lire ou relire un Entretien avec Dany Leriche.
Depuis deux décennies, Dany Leriche et Jean Michel Fickinger nous conduisent à une relecture de l’image de la femme dans l’histoire de l’art occidental. À travers des photographies monumentales, ils remettent en perspective les mythes fondateurs et les constructions culturelles : l’idéal féminin, la beauté, la nudité, la mort, la condition féminine , le sacre, la maternité… des tableaux recomposés en studio, qui nous proposent une autre architecture des signes, nous donnant ainsi matière à reconsidérer nos conduites et les obsessions qui les accompagnent. C’est avec cette même volonté de mettre à jour les signes, que leurs derniers travaux les ont conduit à nous donner trois importantes séries de portraits soustraits, cette fois, au présent.
Une série vient du Brésil ou la société s’est façonnée d’un mélange complexe de plusieurs racines qui produit de nombreux rituels, qui font partie intégrante de l’équilibre et de la cohésion sociale…

01-1

 © D.Leriche-JM.Fickinger - Pedro Archanjo

Les deux autres séries viennent du Mali ou Dany leriche et Jean Michel Fickinger ont effectué plusieurs séjours. Ils se sont plus particulièrement attachés aux figures des femmes, des mères avec leurs enfants qui, malgré des conditions difficiles, liées par la tradition, donnent â voir la beauté.

04-1

© D.Leriche-JM.Fickinger - Djara

07-3

© D.Leriche-JM.Fickinger - Goundo et Khady

Enfin, les chasseurs de l’invisible, ceux qui détiennent la magie, ceux qui touchent le passé, ceux qui savent, ceux qui voient…d’incroyables personnages qui marchent sur le temps.

05

 © D.Leriche-JM.Fickinger - Kinsa Diakite

Ces trois séries, qui n’ont pas vocation de documentaire ou d’approche ethnographique se rapprochent d’un glissement vers ce qu’on pourrait nommer un « supplément d’intériorité ». Les techniques apportées par la photographie digitale permettent d’approcher encore un peu plus la part dérobée des images, celle-la même que d’autres appellent l’âme.

« Communiqué de presse » Jean Hurpy
Tania Koller

06-1

© D.Leriche-JM.Fickinger - Binta

Informations Pratiques :

du 19 Juin au 19 Septembre
Musée Tavet-Delacour 4, rue Lemercier 95300 PONTOISE
19juin- 19 Septembre Chasseurs de l’invisible
Mercredi-dimanche ( sauf jours feries): 10h- 12h30/ 13h30- 18h
T.+33(0)130380240
museetavet@ville-pontoise.fr

00

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :