Le Sténopé : Prise de vue et développement

A travers ce petit tutoriel, je vais vous faire partager ma découverte du sténopé. Ainsi nous verrons aujourd’hui l’étape de la prise de vue et celle du développement. Précisions que mon expérience en la matière est complétement novice. Si vous relevez des erreurs, n’hésitez pas à me les signaler !

MATÉRIEL NÉCESSAIRE :

  • Sténopé
  • Une lampe rouge dite « inactinique »
  • Papier photosensible noir et blanc
  • Adhésif
  • Révélateur
  • Fixateur
  • Vinaigre blanc
  • Verre doseur
  • 3 bacs
  • 3 épingles

Tout est réuni ? Alors il est temps de préparer votre laboratoire photo.

Préparation d’un laboratoire photo

Afin de pouvoir développer vos photos, vous devez disposer d’une pièce complètement hermétique à la lumière et si possible disposant d’un point d’eau. Le plus couramment le développement photo « maison » se fait dans la salle de bain. Une fois que vous avez déterminé dans quelle pièce se déroulera la séance, plongez-la dans le noir complet afin de repérer d’éventuelles fuites de lumière. Attendez quelques minuits pour que vos yeux s’habituent à l’obscurité et comblez les fuites avec du tissu noir occultant ou de l’adhésif. Branchez ensuite votre ampoule rouge dite « inactinique » et passons à la préparation des produits chimiques.

Nous allons préparez les 3 bains de chimie, à savoir révélateur, neutre et fixateur. Attention, il y a une règle primordiale à suivre : à chaque produit son matériel ! Le mieux est de se repérer avec un système de couleurs (rouge pour le révélateur, blanc pour le bain neutre et vert pour le fixateur). Pour ma part, j’ai opté pour des boites en plastique basique su lesquelles j’ai annoté au marqueur le nom du produit contenu.

A l’aide d’un verre doseur, diluez dans le bac réservé au bain révélateur 1 dose de produit révélateur pour 9 d’eau et bien le mélanger pour une parfaite dilution. Faite de même pour le fixateur en suivant les mêmes proportions, soit 1 dose de fixateur pour 9 d’eau. Enfin dans le bac réservé au bain neutre, diluez un peu de vinaigre blanc dans un peu d’eau.
L’idéal lorsque l’on développe est d’avoir tous les produits à la même température (aux alentours de 20°C), si ce n’est pas le cas faites en sorte qu’il n’y ait pas plus de 5°C de différences entre chaque solution.

Les proportions que je donne sont celles adaptées aux produits TETENAL. Généralement la proportion est indiqué sur l’emballage.

La prise de vue

Maintenant que nos produits sont prêt et notre chambre noire opérationnelle, il est temps de passer à la prise de vue.

La première chose à faire est de charger du papier photosensible dans le sténopé . Pour ma part, j’utilise un papier photo mat noir et blanc de la marque TETENAL. Ce papier est en quelque sorte votre pellicule, il est sensible à la lumière et l’image qui y sera imprimé sera en négatif.

Pour charger le sténopé, vous devez être dans votre chambre noir, éclairé simplement de la lumière rouge. Fixez le papier sur la paroi opposée à l’objectif (dit « trou » ou « sténopé »). Aidez-vous s’il le faut de Patafix® pour que le papier tienne bien en place.

Refermez ensuite la boite, et à l’aide d’adhésif noir ou de gaffer, confectionnez un obturateur de fortune. Votre sténopé est prêt, vous pouvez rallumer la lumière et procéder à la prise de vue !

Pour votre première prise de vue, je vous conseille de choisir un objet simple avant de vous essayer au portrait. Pour calculer le temps de pose on peut utiliser un posemètre mais je préfère y aller au feeling. Après moultes essais, j’ai réussi à déterminer la dose de lumière nécessaire à chaque condition de prise de vue.

La séance d’aujourd’hui va se dérouler en intérieur. Pour réunir les meilleurs conditions possible et afin de réduire le temps de pose, je rajoute deux spots pour éclairer mon sujet. J’envisage pour ce sujet et ces conditions lumineuses un temps de pose d’environ 8 min. Ce temps de pose est adapté à mon sténopé et au papier que j’utilise. Vous devrez faire vos propres tests :)

Cadrez au mieux votre sujet (il est possible de calculer l’angle de vue du sténopé ainsi que sa focale), retirez l’obturateur du sténopé et laissez la lumière imprimer votre image sur le papier. Faites en sorte que votre sténopé soit le plus stable possible pour éviter tout flouté. Une fois le temps de pose écoulé, rebouchez très rapidement le sténopé.

J’ai l’honneur de vous annoncer que la photo est dans la boite !

Le développement

Cette dernière étape est celle qui va vous procurer le plus d’émotion, il s’agit du développement !
Le développement doit bien entendu se faire dans le noir ou sous lumière rouge.

Pour faire un rapide résumé, le développement consiste à plonger votre négatif dans 3 bains successifs :

  • Le bain de révélation : qui va faire apparaître votre image
  • Le bain d’arrêt : qui va stopper l’action du révélateur
  • Le bain de fixation : qui va fixer votre image sur le papier

Commençons ! Ouvrez votre sténopé (dans le noir!) et récupérez votre papier photosensible en prenant soin de ne pas mettre vos doigts sur la surface sensibilisé. Plongez ensuite le papier dans le premier bain qui est le bain de révélation. Le temps de trempage selon la notice de mon produit est d’environ 1 min mais encore une fois j’opère au feeling et retire mon image lorsque celle-ci me convient. Durant le temps de trempage je remue légèrement mon papier pour que le produit se répartisse bien. La photo apparaît progressivement…

Même manipulation, retirez le papier du bain neutre, égouttez-le au maximum et plongez-le dans le dernier bain : le bain de fixation. Cela va fixer votre image et lui garantir sa durée de vie. Comme pour les bains précédents, remuez légèrement votre papier. Laissez-le tremper durant 2 minutes puis passez au bain de rinçage. Afin d’éliminer tous les produits de votre papier, laissez-le tremper durant 2 min dans de l’eau claire, égouttez-le bien et laissez-le sécher.

Ça y est, vous avez développé votre premier négatif ! Allumez donc la lumière et admirez votre travail ! Il ne reste plus qu’à passer votre négatif en positif. Pour ma part, je scanne mon papier, et le passe en positif sous Photoshop. J’en profite aussi pour lui donner une rotation horizontale. (Quelques exemples ci-dessous)

A vous de jouer !

Isabelle Vieux

Et voilà !

Une petite sélection :

50

5 comments on "Le Sténopé : Prise de vue et développement"

  1. Bonjour,
    Votre article est très bien expliqué et donne envie d’essayer de fabriquer un sténopé!!!Les vacances de février seront les bienvenues pour que mes petits enfants en fabriquent un !!! C’est sympathique de nous faire partager votre passion.
    Cordialement.
    Verre et gravure

  2. Une autre soluce sympa si on dispose du labo de développement argentique et d’un apareil argentique (n’importe quel format).
    Prendre un bouchon de boitier le percer (perceuse par exemple) au centre, fixer par dessus un opercule percé le plus finement et proprement possible. Rendre le tout étanche à la lumière et déclencher.

  3. Bonjour,
    Très bon article !
    Rémy
    RawMagazine

  4. Bonjour,
    Je suis curieuse de savoir à combien revient à peu près un tirage.Je suis débutante et je ne sais pas quels produits acheter pour commencer.
    Merci
    Cordialement
    Prunelle

  5. Une explication clair ! enfin !
    Je galére un peu, je pense qu il faut ce raté plusieurs fois avant.je résiste c’est passionnant.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :